LA RENTABILITE D'UNE INSTALLATION PHOTOVOLTAÏQUE EN VENTE TOTALE

Beaucoup de personnes pensent que produire de l'électricité avec des panneaux et la revendre entièrement n'est pas rentable...

C'est faux ! 

Certes, en terme de volume d'argent laissé par l'installation après amortissement, on est loin de ce qui se faisait entre 2006 et fin 2010... Mais en terme de ratio capital investi / capital retiré, on est à peu près sur les mêmes bases...

Un peu d'histoire :

Ratification par la France des  Accords de Kyoto en 1997 visant à diminuer les émissions de gaz à effet de serre.

Il faut attendre 2006 pour que la France propose un tarif de rachat de l'électricité produite par des énergies renouvelables, dont le photovoltaïque, a des prix très incitatifs. C'est ce qu'on va appeler la 1ère vague photovoltaïque dans l'hexagone !

L'aventure SOLENGIE commence en 2007 (sous le nom d'Apollon). Le tarif de rachat de l'électricité était d'environ 56 centimes le kWh, alors que le français l'achetait en moyenne aux alentours de 12 centimes ! En revanche, pas de possibilité de consommer ce qu'on produit et d'en revendre. C'était l'un ou l'autre, mais pas les deux !

Pour les particuliers, l'Etat continue à vouloir inciter à tout va puisque, en plus de ce tarif de rachat très attractif, il propose du crédit d'impôts pouvant aller jusqu'à 8000€ pour un couple + 200€ par enfant à charge !

Une véritable aubaine pour de nombreux installateurs dont le nombre s'est accru de façon quasi exponentionnel entre 2008 et 2010... avec aussi, malheureusement pour l'image de la profession qui en a longuement pâti, beaucoup dont les compétences techniques étaient pour le moins limitées, créant énormément de litiges... Ainsi, à la fin de cette année 2010, il y avait plusieurs centaines d'installateurs recensés rien que dans la région des Pays de la Loire... (Début 2020, nous n'étions qu'une grosse dizaine !)

Décembre 2010, devant le succès incroyable du développement photovoltaïque, l'Etat décrète un moratoire. Fin de la partie, on compte combien on a distribué d'aides, combien va coûter la rémunération des producteurs sur les 20 prochaines années et... marche arrière toute ! on arrête immédiatement les crédits d'impôts puis on descend progressivement les tarifs de rachat... De très nombreux installateurs, faute de commandes, finissent par mettre la clé sous la porte, laissant des centaines voire des milliers de clients insatisfaits ou sans recours possible en cas de défaillance de l'installation...

En 2018, l'Etat permet l'autoconsommation et la revente du surplus. Il a fallu cela, allié à une baisse très significative des prix des panneaux et onduleurs, pour que le photovoltaïque redémarre !

Et aujourd'hui ?

Depuis le 6 octobre 2021, l'Etat propose de racheter l'électricité photovoltaïque à un tarif donné (ce qu'on appelle guichet unique) à des puissances installées pouvant aller jusqu'à 500 kWc, environ 2500 m² de panneaux ! Avant cette date, la puissance maximale sur laquelle il y avait un tarif défini était de 100 kWc soit 500m² environ. Au-delà, il fallait passer par une procédure d'appel d'offre auprès de la CRE (Commission de Régulation de l'Energie). C'est ce qui se fait toujours pour les installations au sol sur plusieurs hectares...

En ce début 2022, les tarifs de rachat sont liés à la puissance installée :

de 0 à 3 kWc 17.89 c€ le kWh  
> 3 kWc jusquà 9 kWc 15.21 c€ le kWh  
> 9 kWc jusqu'à 36 kWc 10.89 c€ le kWh  
> 36 kWc jusqu'à 100 kWc 9.47 c€ le kWh  
> 100 kWc jusqu'à 500 kWc 9.80 c€ le kWh Tarif majoré vs ligne précédente sous obligation de mettre des panneaux dits Bas Carbone

 

si on veut résumer sommairement la rentabilité d'une installation en vente totale :

installation de 3 kWc coût moyen (hors frais de raccordement) 7 000€ revenu annuel espéré (Pays de la Loire, Plein Sud, Pente de 40% au moins) : 600 à 630 € retour sur investissement :11 ans et demi (hors raccordement)
installation de 9 kWc coût moyen (hors frais de raccordement) 17 500 € revenu annuel espéré (Pays de la Loire, Plein Sud, pente de 40% au moins) : 1 550 à 1 650 € retour sur investissement : 11 ans (hors raccordement)
installation de 36 kWc coût moyen (hors frais de raccordement) : 34 500 € revenu annuel espéré (Pays de la Loire, Plein Sud, pente de 40% au moins) : 4 500 à 4 700 € retour sur investissement : 8 ans (hors raccordement)
installation de 100 kWc coût moyen (hors frais de raccordement) : 75 000 € revenu annuel espéré (Pays de la Loire, Plein Sud, pente de 40% au moins) : 10 700 à 11 000 € retour sur investissement : 7 ans (hors raccordement)
installation de 500 kWc coût moyen (hors frais de raccordement) : 340 000 € revenu annuel espéré (Pays de la Loire, Plein Sud, pente de 40% au moins) : 53 000 à 55 000 € retour sur investissement : 6.5 ans (hors raccordement)

 

 

 

LA RENTABILITE D'UNE INSTALLATION EN AUTOCONSOMMATION ET VENTE DU SURPLUS